Nouvelles du Libre

DFLP

Agenda du Libre pour la semaine 51 de l’année 2018

Donner du peps à LibreOffice : de l’art de la personnalisation de la suite bureautique libre

Les logiciels libres de caisse de mieux en mieux pris en compte par Bercy

Meilleures contributions LinuxFr.org : les primées de novembre 2018

Firefox 64 bitte !

ONLYOFFICE est maintenant disponible dans Pydio Cells

Quelques cadriciels Web C++ (2/2)

Revue de presse de l’April pour la semaine 49 de l’année 2018

Quelques cadriciels Web C++ (1/2)

L’édition 2018 de Rust est sortie !

Planet Libre

Goploader – Partage de fichier et secret - Mon, 04 Jun 2018

Un petit article rapide pour vous présenter une découverte faite ce jour que je trouve sympa. Il s’agit de Goploader, qui est un système de partage de fichier et secret. L’idée de départ était de pouvoir partager facilement des fichiers depuis le terminal. Goploader est composé d’un client et d’un serveur tous deux écrits en […]

L'article Goploader – Partage de fichier et secret est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Postgresql – Liste d’outils libres - Sat, 16 Dec 2017

Même si je ne touche plus à Postgresql depuis de nombreuses années, je voue une admiration inconditionnelle pour cette solution de base de données, c’était mon premier SGBDR, en version 7.1 à l’époque… Pour la petite histoire, j’essaie de convaincre des collègues de migrer d’un système SQL Server vers du Postgres depuis longtemps…  Lors de […]

L'article Postgresql – Liste d’outils libres est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Netbox – DCIM et IPAM libre – Gérez votre infrastructure et votre réseau - Wed, 11 Oct 2017

Netbox est une solution libre qui permet de gérer et documenter une infrastructure. On peut voir ça comme une CMDB si on parle d’ITIL, mais pas que. Netbox est un outils de DCIM (Data Center Infrastructure Management) et IPAM (IP address management) Il est développé par DigitalOcean pour couvrir leur besoin Fonctionnalités du DCIM Netbox […]

L'article Netbox – DCIM et IPAM libre – Gérez votre infrastructure et votre réseau est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Bkmrx – Partage de bookmark collaboratif - Wed, 23 Sep 2015

Bkmrx, hormis être un nom difficile à retenir, est une solution de partage de bookmark collaborative. On peut facilement trouver une utilité en entreprise par exemple afin de faire bénéficier à chacun sa veille, sans avoir à innonder ses collègues de mails. Réalisé en Perl, avec le framework Mojolicious, Twitter Bootstrap, et Elasticsearch. Voici une […]

L'article Bkmrx – Partage de bookmark collaboratif est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Grafana 2.0 est sortie – Dashboard Graphite et InfluxDB - Tue, 21 Apr 2015

Grafana est une solution libre permettant de réaliser des dashboards depuis des métriques Graphite, InfluxDB et OpenTSDB. Grafana vient de sortir sa nouvelle version majeure, la 2.0 !! J’ai essayé de traduire la page décrivant la liste des nouveautés, n’hésitez pas à me remonter un problème de compréhension/traduction : Nouveau serveur Backend Grafana est désormais […]

L'article Grafana 2.0 est sortie – Dashboard Graphite et InfluxDB est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Phabricator – open source, software engineering platform - Thu, 02 Oct 2014

Phabricator est une collection d’applications web open source qui aident les éditeurs de logiciels à construire de meilleurs logiciels. Phabricator semble être un outils complet pour la gestion de cycle de vie d’application. Voici une liste de ses fonctionnalités : Revue de code Permet de passez en revue le code des autres avec Differential : […]

L'article Phabricator – open source, software engineering platform est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Ralph Asset Management pour Datacenter, CMDB, DCIM - Thu, 04 Sep 2014

Ralph est une solution de gestion d’actifs orientée Datacenter, on peut le comparer à une CMDB (Configuration Management DataBase) pour les personnes sensibilisées à ITIL ou alors de DCIM (Data Center Infrastructure Management) Ralph est libre sous licence Apache v2. Voici un bref descriptif de l’architecture Ralph   Bref, ça faisait un moment que j’avais […]

L'article Ralph Asset Management pour Datacenter, CMDB, DCIM est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Rundeck – ordonnanceur centralisé opensource – vient de sortir sa v2.0 - Wed, 19 Feb 2014

Rundeck est un ordonnanceur centralisé sous licence libre (Apache v2.0) et ils viennent de sortir (1er février 2014) une nouvelle version majeure qui est la 2.0. La toute dernière version est d’ailleurs la 2.0.1 qui est sortie le 12 février pour corriger quelques bugs. On entends souvent parler d’orchestration centralisée, Rundeck est à ranger dans […]

L'article Rundeck – ordonnanceur centralisé opensource – vient de sortir sa v2.0 est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

BlueMind – solution de messagerie collaborative – sort en version 3.0 - Tue, 18 Feb 2014

BlueMind vient de sortir une nouvelle version majeure, la 3.0 Pour rappel ou pour information, BlueMind est une solution de groupware créée par les créateurs de la société Aliacom devenue AliaSource puis racheté par Linagora si je ne m’abuse. BlueMind fournit des services de : messagerie standard et via Webmail calendrier partagé contacts partagés synchronisation […]

L'article BlueMind – solution de messagerie collaborative – sort en version 3.0 est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Shell : Historiser (logguer) toutes les commandes shell - Mon, 28 Oct 2013

Voici une astuce permettant d’historiser toutes les commandes tapées dans un shell. Cet méthode est inspiré d’un article que j’ai vu sur Linux Attitude, j’ai juste rajouté le fait de rediriger ces logs dans un fichier à part avec la mise en place d’un logrotate. Ajouter dans /etc/profile : # envoyer la commande dans syslog […]

L'article Shell : Historiser (logguer) toutes les commandes shell est apparu en premier sur L'admin sous GNU / Linux - Blog Libre.

Planet Ubuntu France

Full Circle Mag FR: Numéro 138 - Mon, 19 Nov 2018

Bonjour,

Oui, vous avez bien lu : le Numéro 138, celui d'octobre 2018, en français est déjà disponible pour vous. Vous pouvez le visionner ou le télécharger sur notre page NUMÉROS ou le récupérer directement en cliquant sur la photo de couverture ci-dessous.

Issue138fr.png

Ce numéro ne comporte que 45 pages, mais ces pages sont remplies de bonnes choses, notamment :

  • Des tutoriels - les habituels, comme Freeplane, Great Cow BASIC et Inkscape, mais aussi celui de la couverture, vous montrant comment utiliser des logiciels Linux sur un Chromebook ;
  • Une explication de l'OTA-5 pour les téléphones Ubuntu dans la rubrique Dispositifs UBports ;
  • Une critique littéraire sur un livre presque parfait concernant le moteur Godot de développement de jeux, présentée avec une arrière pensée. En effet, Erik espère écrire une série d'articles sur comment faire nos propres jeux - alléchant, non ? ;
  • À propos de jeux : Oscar nous présente Tekken 7, le jeu qu'il a choisi pour tester SteamPlay (présenté dans le précédent numéro du FCM) ;
  • Et, bien entendu, il y a les Actus et des Questions avec les réponses d'Erik et son équipe, etc., etc.

Nous vous en souhaitons bonne lecture,

Bab, scribeur et relecteur, et les traducteurs/relecteurs AE (traductrice/relectrice), d52fr et Christo.2so

Full Circle Mag FR: Voici le numéro 137 - Mon, 05 Nov 2018

Bonjour,

L'équipe du FCMfr est heureuse de pouvoir vous présenter le numéro 137 (celui de septembre 2018) du magazine Full Circle en français, avec un peu de retard, mais étant donné les circonstances... Comme d'habitude, vous pouvez le visionner ou le télécharger sur notre page NUMÉROS ou le récupérer directement en cliquant sur l'image de couverture ci-dessous.

issue137.png

Vous y trouverez, notamment :

  • Python, Freeplane et Inkscape accompagné d'un tutoriel/présentation de DNScript ;
  • Une critique, écrite par Ronnie lui-même de la Tablette graphique XP--Pen Deco 02, qui fonctionne très bien sous Linux (à part quelques coacs par-ci par-là) et, plus important encore, aura sans doute des pilotes specifiques bientôt ;
  • Côté littéraire, il y a une critique du livre Linux in Action jugé très bien et pas du tout comme les livres habituels sur Linux ;
  • Dans la rubrique Jeux Ubuntu, Steam Play est présenté comme étant LA solution pour jouer à tous les jeux possibles et imaginables sous Linux...

Bref ! Ça vaut vraiment le coup de le lire et nous vous en souhaitons bonne lecture.

Notre petite équipe (toujours en quête de nouveaux membres) :

Bab, scribeur et relecteur, et AE, christo.2so et d52fr, traducteurs/relecteurs.

P.S. Si vous voulez nous aider, vous trouverez une brève description de notre travail sur la page de notre WIKI. N'ayez crainte : PAS BESOIN DE CONNAÎTRE L'ANGLAIS pour, par exemple, vérifier le français du PDF.

~tigrou/pwet.fr: Passer de Vim à Neovim - Sat, 13 Oct 2018

Neovim est un fork de Vim né il y a environ 2 ans et dont les premières versions publiques ont été mises à disposition à la fin de l'année dernière. Je suis un fervent utilisateur de Vim depuis... pfffiou une quinzaine d'année mais je trouve ce fork plutôt approprié avec de bonnes idées. Par exemple Neovim permet d'éxécuter des tâches de manière asynchrone dans les plugins, j'aurais adoré avoir cette fonctionnalités quand je développais le plugin eZVim pour eZ Publish il y a quelques années.

Installation

L'installation de Neovim est bien détaillée dans Installing Neovim. Sur une Ubuntu (postérieure à 12.04 Precise Pangolin), pour l'installer, il suffit d'activer le PPA correspondant et ensuite d'installer le paquet neovim. En fonction des plugins, il sera peut-être nécessaire d'installer quelques paquets liés à Python. Cette même page propose également de configurer le système d'alternatives pour lancer Neovim avec les commandes vim, vi et editor, sinon il faudra impérativement utiliser nvim.

Configuration

Le fichier de configuration principal ~/.vimrc est remplacé par ~/.config/nvim/init.vim et le dossier ~/.vim est remplacé par ~/.config/nvim/. La documentation pour passer de Vim à Neovim conseille de faire des liens symboliques. Pour ma part, j'ai préfèré profiter de l'occasion pour remettre à plat ma configuration un peu vieillissante au niveau des plugins et pour notamment remplacer Pathogen par vim-plug.

Les différences entre Vim et Neovim sont bien documentées et au final, le changement s'est fait sans grosse difficulté avec 2 adaptations relativement mineures :

  • La valeur par défaut de mouse est maintenant a mais je n'utilise quasiment jamais la souris dans mon éditeur et je préfère garder le fonctionnement du terminal intact, j'ai donc ajouté set mouse= à mon .vimrc euh init.vim 😉
  • dans les plugins que j'utilisais avec Vim, seul Powerline n'est pas compatible avec Neovim, heureusement vim-airline fournit une alternative fonctionnelle et compatible avec Neovim.

Pour le reste quasi rien n'a changé, ou alors je n'ai pas encore remarqué 😉

Et alors ça marche ?

Capture d'écran de Neovim
Capture d'écran de Neovim lors de la rédaction de ce billet

Neovim fonctionne très bien pour moi, je l'ai adopté depuis une petite semaine et jusqu'à présent je n'ai noté aucun problème dans mon usage relativement intensif en tant qu'IDE au bureau, dans l'édition de divers fichiers ou lors de la rédaction de ce billet. Bref, Neovim a l'air bien installé sur ma machine et il va maintenant falloir aller fouiller dans les quelques plugins qui tirent partie de Neovim et refaire le tour des plugins Vim compatibles qui valent le coup.

~tigrou/pwet.fr: Theme Gtk2, Gtk3 et Qt4 unifié - Sat, 13 Oct 2018

Après le changement de disque dur de mon PC portable, j'ai réinstallé Ubuntu 12.10 The Quantal Quetzal. Bien que plutôt agréablement surpris par Unity, celui-ci ne correspond pas à mon usage. En effet, depuis quelques années j'utilise un environnement graphique basé sur Openbox principalement pour ses performances et le fait de pouvoir presque tout faire avec des raccourcis claviers.

Un problème courant avec ce type d'environnement est l'intégration d'applications venant de GNOME ou KDE qui se retrouvent souvent avec le thème par défaut ou des styles complètement différents. Quelques lignes de configuration suffisent à obtenir un ensemble cohérent pour les applications Gtk2, Gtk3 et Qt4.

Pour Gtk2, le fichier ~/.gtkrc-2.0 permet de configurer le thème à utiliser. L'application gtk-theme-switch2 disponible dans le paquet gtk-theme-switch permet de générer une version de base. Le fichier généré inclut le fichier ~/.gtkrc-2.0.mine dans lequel il est possible faire des ajustements par rapport au thème. Le mien est disponible sur Github.

Pour Gtk3, le fichier ~/.config/gtk-3.0/settings.ini permet de régler le thème à utiliser et divers paramètres. Là encore, mon fichier de configuration est disponible sur Github.

Enfin pour Qt4, le fichier de configuration est ~/.config/Trolltech.conf mais celui-ci assez compliqué... Le plus simple est d'installer le paquet qt4-qtconfig qui fournit l'application qtconfig-qt4. Celle-ci permet notamment de choisir Gtk+ comme style d'interface graphique. Les applications Qt prennent alors le même style que les applications Gtk.

Au final, le thème utilisé par les applications écrites avec différents toolkits est cohérent, par exemple entre Firefox (Gtk2), nautilus (Gtk3) et Virtualbox (Qt4), les différences sont minimes :

Theme Gtk2, Gtk3 et Qt4
unifié

~tigrou/pwet.fr: Fanatique 🙂 - Sat, 13 Oct 2018

Coupe de cheveux Ubuntu
Photo sous Licence Creative Commons By Sa 2.0 par Jeff Kubina

Vue sur le Planet Ubuntu User chez Gerry Ilagan. Dommage, je sors de chez le coiffeur... 🙂

~tigrou/pwet.fr: Optimiser son site (sous Ubuntu et ailleurs...) : Compresser avec gzip - Sat, 13 Oct 2018

Après avoir appliqué la règle 3 en ajoutant et configurant l'entête Expires, passons à la règle 4 du Livre High Performances Web Sites (ou des recommandations de performances Yahoo!) en compressant avec gzip les données transmises par le serveur web, ici Apache2. Comme son nom le suggère, cette règle vise à limiter au maximum le poids des contenus distribués en réduisant de près de 70% la taille des fichiers textes. Cela permet d'accélérer le premier chargement du site avant la mise en cache par le navigateur. Pour cela, on peut configurer Apache2 pour utiliser le mod_deflate qui va se charger de compresser ce qui peut l'être pour un sur coût CPU faible.

La première étape consiste à activer ce module ainsi que le module headers avec a2enmod et à recharger Apache pour prendre en compte ce nouveau module :

$ sudo a2enmod deflate
$ sudo a2enmod headers
$ sudo /etc/init.d/apache2 reload

Le module headers est nécessaire pour envoyer des entêtes spécifiques aux proxy caches de manière à ne pas envoyer de documents compressés à certains navigateurs buggés mais populaires...

La configuration par défaut, stockée dans le fichier /etc/apache2/mods-available/deflate.conf, fait en sorte de compresser les fichiers texte brut, HTML et XML ce qui est déjà bien, mais on peut aller plus loin en traitant tout ce qui est texte. Il est en effet inutile de compresser les images (JPG, PNG, GIF, ...), les PDF et bien d'autres types de fichier qui sont déjà compressés par nature. J'utilise la configuration suivante dans /etc/apache2/conf.d/deflate pour compresser en plus les feuilles de style et les scripts Javascript tout évitant certains bugs connus de quelques navigateurs.

AddOutputFilterByType DEFLATE text/plain text/css application/x-javascript text/xml text/html

# gestion des navigateurs buggés
BrowserMatch ^Mozilla/4 gzip-only-text/html
BrowserMatch ^Mozilla/4\.0[678] no-gzip
BrowserMatch \bMSIE !no-gzip !gzip-only-text/html

# gestion des proxy caches
Header  append Vary User-Agent

Pour faire prendre en compte cette configuration, il ne reste plus qu'à recharger Apache et le tour est joué.

~tigrou/pwet.fr: Optimiser son site sous Ubuntu : Configurer l'en-tête Expires - Sat, 13 Oct 2018

Lire un livre sur comment optimiser son site web c'est bien, appliquer les conseils qui s'y trouvent c'est encore mieux. Parmi les 14 bonnes pratiques, 3 peuvent être appliquées très rapidement au niveau système en quelques lignes de commande et de configuration du serveur web pour un résultat quasi immédiat :

Dans un premier temps, je vais m'intéresser à la règle 3, je suppose que vous avez déjà un serveur web Apache2 actif servant des fichiers (peu importe la technologie autour). La configuration suivante est utilisée sur ma Dedibox sous Ubuntu avec Apache2 mais doit pouvoir s'appliquer à peu près partout.

Ajoutez et configurez l'en-tête Expires

L'en-tête Expires indique quand un élément devra expirer du cache du navigateur; mettre une date d'expiration dans un futur lointain permet de maximiser l'utilisation du cache navigateur et donc d'éviter les téléchargements inutiles, ce qui est particulièrement utile pour les éléments statiques (images, feuilles de style, ...) qui ont tendances à changer ... peu fréquemment mais à ralentir l'affichage de la page si ils ne sont pas en cache. Pour ces éléments, il est possible de configurer l'expiration dans Apache avec le module expires. Pour les pages dynamiques ou éléments générés dynamiquement, c'est au script d'envoyer l'en-tête et sa valeur adéquate par exemple avec la fonction header() en PHP.

L'activation du module pour Apache2, il faut utiliser a2enmod avec la ligne suivante et ensuite recharger apache :

$ sudo a2enmod expires
$ sudo /etc/init.d/apache2 reload

Il reste alors à configurer ce module. Je stocke la configuration de ce module dans le fichier /etc/apache2/conf.d/expires dont voici le détail :

ExpiresActive On
ExpiresByType image/gif "access plus 30 days"
ExpiresByType image/jpg "access plus 30 days"
ExpiresByType image/jpeg "access plus 30 days"
ExpiresByType image/png "access plus 30 days"
ExpiresByType image/x-icon "access plus 30 days"
ExpiresByType text/css "access plus 30 days"
ExpiresByType application/x-javascript "access plus 30 days"

Tous les éléments statiques des types listés expirent 30 jours après leur premier téléchargement. Après un nouveau reload d'Apache, vous devriez voir apparaître l'en-tête Expires par exemple avec l'extension Firebug de Firefox au premier chargement des éléments de la page. Ensuite le navigateur utilisera son cache ce qui devrait accélérer l'affichage des pages suivantes utilisant les mêmes éléments.

~tigrou/pwet.fr: Mise à jour noyau sur une dedibox - Sat, 13 Oct 2018

Plusieurs bugs de sécurté importants ont été découverts dans le noyau Linux, en particulier le bug CVE-2008-0600 permet à un utilisateur local d'obtenir un shell avec les droits root assez simplement. Même sans utilisateurs locaux, la faille peut devenir exploitable via une autre faille d'une application web par exemple, même si ça devient beaucoup plus compliqué.

La seule solution est de mettre à jour son noyau. J'ai réalisé cette opération tout à l'heure sauf que je ne connaissais pas encore le petit détail mentionné dans un topic du forum Ubuntu-fr ce qui m'a donné un bon gros coup de stress 🙂 et une bonne heure de pwet.fr HS :/

Bref, sur les dedibox utilisant le noyau fournit par Dedibox la manipulation est simple. Une fois le kernel spécifique installé, il faut indiquer l'emplacement de la racine du système avec l'ancienne syntaxe (type /dev/sdXY) au lieu des UUID . Sinon la machine ne reboote pas. Heureusement, les dedibox ont un système de rescue bien pratique qui permet de se sortir de ce genre de situation. Concrètement, avant pour chaque choix dans le fichier /boot/grub/menu.lst, j'avais quelque chose comme :

title       Ubuntu, kernel 2.6.24.2
root        (hd0,0)
kernel     /vmlinuz-2.6.24.2 root=UUID=238ddcbc-cb7e-4023-a48e-932d874b5ef0 ro quiet splash
quiet
savedefault

que j'ai remplacé par

title       Ubuntu, kernel 2.6.24.2
root        (hd0,0)
kernel      /vmlinuz-2.6.24.2 root=/dev/sda3 ro quiet splash
quiet
savedefault

Évidemment, /dev/sdaY est spécifique à l'organisation de la machine, il s'agit du numéro de la partition root du système. Il semble qu'avec le partitionnement par défault, il s'agisse de /dev/sda2. Avec le système de rescue de Dedibox, pour déterminer qu'elle est le bon numéro, il faut monter toutes les partitions du système et trouver le numéro de celle qui contient toute l'arborescence ( /bin, /usr, /lib, ...).

~tigrou/pwet.fr: Poker Texas Hold'em multi plateforme et en ligne - Sat, 13 Oct 2018

J'ai découvert hier soir le logiciel Poker TH. Sous Ubuntu Gutsy, la version 0.5 est packagée et disponible dans le dépôt universe, elle permet de jouer au poker texas hold'em contre l'ordinateur ou en ligne avec des amis en se donnant rendez vous. En solo, l'IA est assez moyenne et c'est rapidement lassant. Néanmoins, la version 0.6 est sortie courant décembre, en plus d'améliorations plus ou moins mineures celle-ci permet de jouer en ligne facilement sur des serveurs directement gérés par le projet. Pour l'installer, c'est extrêment simple puisqu'il suffit de télécharger l'archive pour votre système d'exploitation, de l'extraire et de lancer le script shell pokerth.sh sous Linux ou le .exe sous Windows.

Pour le reste c'est plutôt bien réalisé et très amusant en ligne même si avec ma paire de 10 j'ai perdu le coup, that's poker 😉

PokerTH
sous Linux

~tigrou/pwet.fr: Convertir les fichiers d'un GPS en KML lisible sur Google Map et Google Earth - Sat, 13 Oct 2018

Un tout petit billet rapide en guise de pense bête pour ceux (comme moi) qui voudraient convertir des fichiers issus d'un GPS (par exemple au format GDB, Garmin MapSource) en KML (Keyhole Markup Langage) pour pouvoir visualiser une trace sur Google Maps (ou Google Earth). J'ai d'abord utilisé GPSVisualizer en ligne (attention la version française ne propose pas la conversion en KML) avant de comprendre que ce site utilisait en fait le logiciel gpsbabel disponible sous Ubuntu dans les dépôts Universe. Une fois ces dépôts configurés, pour l'installer vous pouvez utiliser synaptic ou taper la ligne suivante :

$ sudo apt-get install gpsbabel

Ensuite pour convertir les fichiers GDB de l'association de VTT Philovelo, j'ai utilisé la ligne de commande suivante :

gpsbabel -i gdb -f gdb/50km\ -\ Teyran.gdb -o kml,points=0,line_width=4,line_color=ff000099,units=m -F kml/50km_-_Teyran.kml

Et hop voila le tracé de la dernière balade au nord de Montpellier directement visible sur Google Maps efficace et facilement automatisable, du coup j'ai converti l'ensemble des traces ! J'ai pas mal cherché avant de comprendre comment appliquer les différentes options spécifiques au format KML alors qu'il suffit de les ajouter après le format de sortie séparées par une virgule.

En plus, les fichiers KML sont en fait de simples fichiers XML assez faciles à lire, voila qui donne plein d'idées d'exploitation mais c'est une autre histoire...